lundi 6 novembre 2017

Christophe Sanchez, Sept variations sur le même thème

Résultat de recherche d'images pour "christophe sanchez poète"Dans Sept variations sur le même thème de Christophe Sanchez, la philosophie morale s'invite à la table du poème pour dire l'amour qui ne va ni de soi ni de l'autre, entre anges et démons. Le ciel comme le temps oeuvrent à l'aune du mensonge où "sourd la violence". L'orgueil est là aussi, qui envenime la blessure au creux du ventre. "La boue et l'impur sont notre domaine de lutte", écrit Christophe Sanchez. Mauvaise glaise des glaires. Mauvaise graine des peines. Quelle couleur siérait le mieux à l'amour en ses suffocations de corps et d'âme ? "Où va se nicher la beauté lorsqu'elle n'est pas partagée ?"

Les soixante-dix proses poétiques de cet ensemble, entre notations ordinaires et observations morales des faiblesses humaines, disent comment la vie bégaie, hoquette. Le talent de Christophe Sanchez, déjà remarquable dans son précédent livre, (Les rats taupiers), monte ici en puissance. A le lire et le relire, admirant la justesse des sons et des sens dans un phrasé qui ne s'éparpille pas, allant au contraire au plus près du simple, du nu, j'ai plusieurs fois pensé à quelques voix importantes d'aujourd'hui, celle de Jean-Baptiste Pedini notamment. Venu sur le tard à la littérature, Christophe Sanchez n'a pas fini de nous enchanter et nous en sommes heureux.

Extraits :

La table est mise près du chêne. 
Les convives s'étonnent de la peau
qui recouvre nos yeux. Assis dans
l'herbe ils taillent notre écorce au
couteau. On est seuls à voir l'en-
taille saigner. Eux perdent la vue sur
nos paupières closes. Les escarres du
temps ne sont pas pour nous. Sous
l'arbre rien ne peut nous blesser.

*

N'oublie pas la blessure. Le panse-
ment ne cache rien. Dans la plaie
résiste une peur que tu ne peux
soigner. L'onguent du temps ne
soulage rien. La douleur passe à
travers la peau malgré l'oubli des
peines. Elle est têtue, purulence
d'un destin caillé dans notre for
intérieur. Sur nos corps affaiblis, au
matin des sirènes hurlantes lorsque
nous vient l'idée de réformer le
monde, elle se gorge de son propre
pus. La blessure explose aussi résolue
que le regain d'une tumeur - pleine
et ardente, à vicier nos vies.

*

Des encres de Valérie Ghévart, tout en ondoiements enrubannés, accompagnent Sept variations sur le même thème de Christophe Sanchez. Le recueil est disponible aux éditions La Centaurée pour la somme de quatorze euros.

image fut-il.net (blog de l'auteur)