samedi 28 janvier 2017

Utopie aujourd'hui, réalité demain

Texte à crier pour défendre les libertés, les droits de l'homme et la justice sociale considérés comme des utopies par les forces de l'argent. Mise en voix avec choeur et percussions.Chacun pourra augmenter ou réduire à sa façon ce texte que j'offre à qui en voudra.


- Décret du 27 avril 1848 instituant l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

- Loi du 28 mars 1882 instituant la scolarité primaire obligatoire et gratuite jusqu'à l'âge de treize ans. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

- Loi du 13 juillet 1906 instituant le dimanche comme jour férié. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

- Loi du 23 avril 1919 instituant la journée de travail de huit heures. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

- Loi du 31 mai 1933 instituant la gratuité de l'enseignement secondaire public. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

- Loi du 11 juin 1936 instituant deux semaines de congés payés. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

- Ordonnances des 4 et 19 octobre 1945 instituant la Sécurité sociale. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

- Loi du 16 mai 1969 instituant la quatrième semaine de congés payés. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

- Loi du 1er décembre 1988 instituant le Revenu Minimum d'Insertion. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

- Loi du 13 juin 1998 instituant la réduction du temps de travail à 35 heures par semaine. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

- 2017, l'homme politique Benoît Hamon milite pour un revenu universel de base. Le patronat hurle à l'utopie et au déclin de la France.

Ces utopies sont devenues des réalités. Dans une vingtaine d'années, le revenu universel de base deviendra une réalité. 

L'utopie est une force contre les forces de l'argent.
L'utopie est une force pour les droits humains.

Jésus-Christ est mort assassiné pour ses utopies
Thomas More est mort assassiné pour ses utopies
Jean Jaurès est mort assassiné pour ses utopies
Federico Garcia Lorca est mort assassiné pour ses utopies
Jean Zay est mort assassiné pour ses utopies
Parouir Sevak est mort assassiné pour ses utopies
Martin Luther King est mort assassiné pour ses utopies
Salvador Allende est mort assassiné pour ses utopies
Pablo Neruda est mort assassiné pour ses utopies

Les forces de l'argent assassinent des religieux, des hommes politiques, des journalistes, des écrivains, des chefs d'Etat, des militants des droits de l'homme, des militants de l'écologie, des photographes de presse, des poètes, des avocats, des médecins, des lanceurs d'alerte, des informaticiens, des scientifiques, des caricaturistes, des pamphlétaires, des enseignants, des citoyens, des hommes et encore des hommes, des femmes et encore des femmes, des enfants et des adolescents, des pays tout entiers, des continents avec leur faune et leur flore, des océans avec leur faune et leur flore.

Les banques internationales assassinent.
Les groupes pétroliers assassinent.
Les laboratoires pharmaceutiques assassinent.
Les investisseurs de l'immobilier assassinent.
Les producteurs de pesticides assassinent.
Les fabricants de béton assassinent.
Les marchands de canons assassinent. 
Les exploitants des forêts assassinent.
Les industriels du textile assassinent.
Les industriels de l'agroalimentaire assassinent.

Pour l'argent l'argent l'argent l'argent
encore encore encore encore
toujours toujours toujours toujours
davantage davantage davantage davantage

Des citoyens soumis aux idéologies de droite dénoncent comme utopiques les libertés, les droits de l'homme et la justice sociale et demeurent silencieux devant la puissance des assassins.
Des citoyens soumis aux idéologies de gauche dénoncent comme utopiques les libertés, les droits de l'homme et la justice sociale et demeurent silencieux devant la puissance des assassins.

Parce que les utopies, au fil des luttes sociales, deviennent des réalités pour le plus grand bien commun.
Parce que les utopies sont "le rivage auquel l'humanité sans cesse aborde*".

* Oscar Wilde